NOUVEAU SITE INTERNET
Zoom Sur
Roseline CHAPILLON
54 ans
Vétérans
 
Interview d'avant-saison de Sophie DUARTE
 
Interview d'avant-saison de Sophie DUARTE27-08-2021

Interview d'avant-saison de Sophie DUARTE

 A quelques jours du début de la nouvelle saison, que nous nous souhaitons "la plus normale" possible, la rédac' va à la rencontre de certains de nos athlètes les plus expérimentés ('gaffe à pas dire les plus anciens... ) afin de connaître leur sentiment sur ce qui se profile. Il est bien sûr questions d'objectifs sportifs et de compétitions, mais également de la vision portée sur le club et son avancée.

Aujourd'hui, Sophie DUARTE :

 

La rédac’ : Bonjour Sophie. A quelques jours du démarrage d’une nouvelle saison d’athlétisme sous le maillot du CA BALMA, comment vas-tu ? 

Sophie : Bonjour, ça va très bien. 

L'ensemble du mouvement sportif  et des clubs vivons une période délicate. On en voit peut être la fin avec la vaccination même si je reste toujours prudente. J’ai été à Wuhan !!! Pour ma part, j’ai fait, durant cette période, une belle pause au niveau des compétitions sur piste qui ne me motivaient plus tellement. Je n’ai plus la prétention ni la volonté de viser le niveau des J.O. et le marathon ne m’intéresse pas. 

J’en ai profité pour me recentrer, passer un second diplôme "D.U nutrition et techniques de récupération" à l’Université de Font-Romeu, me centrer sur des projets  professionnels en créant la Nutri-Expérience, du conseil en nutrition pour les sportifs et pour « Monsieur tout le monde », un complément à ma société  Running Expérience. Je me suis investie au sein de la communication des athlètes de la FFA et continué mes diverses activités… Et évidemment la pratique bi-quotidienne du sport !

Je me suis mise à d'autres sports comme le Ski Alpinisme cet hiver ou j’ai même accroché un premier dossard avec toute l’excitation retrouvée d'une cadette… et depuis  le mois de mai, je fais beaucoup de vélo pour « refaire la caisse », sans bien sur perdre de vue la course ! J'ai continué à faire des séances, et un peu de kilométrage… (entre 80 et 110 kms). J’ai fait des choses différentes,  remis l’accent sur la prépa’ physique pour pouvoir enchainer la saison qui arrive.

 

La rédac’ : On sait que tu n’es pas encore décidée à raccrocher les pointes, et les garçons qui s’entraînent avec toi - et que tu as secoués ce matin à l’entraînement... ! - nous l’ont encore confirmé. Quels sont tes objectifs sportifs pour les mois à venir ?

Sophie : Les cross évidemment ! Nous allons avoir  une énorme saison puisque le France  de cross prévu en mars de 2021 a été décalé en novembre et qui s’organise « à la maison », à Montauban ! C’est extraordinaire pour notre Région. Le France de Cross reste le plus gros évènement en athlétisme en nombre et en forces présentes. Ce sont toutes les générations et toutes les disciplines du fond et du demi-fond qui sont présentes. Il y a aura, en plus, pour certains et certaines, l’enjeu d’une qualification pour les Championnats d’Europe de cross de décembre, en Irlande.

J’ai envie de conduire une équipe filles sur le podium,  objectif qu’on n’a jamais pu réaliser encore avec le club sur le cross. Nous avions gagné le titre national, au Canet en 2019 lors des France de 10kms. Le niveau général des filles, au club, est vraiment très intéressant et... les filles paraissent motivées. Et si, en plus, à titre  individuel, je suis bien… je prendrai ce qui est à prendre ! 

S'enchainera quelques mois plus tard à peine, le Championnat de France de 2022 aux Mureaux où j’ai déjà gagné le titre national avec le maillot Orange. On aura aussi une ambition par équipe forcément. Je vais aussi avoir les Jeux Mondiaux Militaires en mars, une énorme compétition où les meilleures mondiales seront là.

Pour finir et pour être transparente, j’aimerai être aussi aux Mondiaux de cross, mais là...,  il va falloir gagner sa place car les années passent pour moi, le niveau français est bien là ! C'est un pari qui me plait …et je ne marche qu’à ça depuis le début de ma carrière : les défis.

« Aujourd’hui, le club est extrêmement dynamique et représenté dans toutes les disciplines »

La rédac’ : Le CA BALMA continue de se structurer, tant au niveau de l’encadrement que des installations. Depuis ton arrivée au club en 2010, tu as vu le club évoluer. Quel est ton sentiment sur cette progression ?

Sophie : C’est extraordinaire ! Je me rappelle avoir accompagné Michel (Ndlr : Michel BOURDONCLE, président du club) pour défendre le projet de la piste d’athlétisme en tartan..., c’était en 2009 ou 2010. Je me souviens de ce cadre si particulier du stade de Balma à l’époque, avec une vieille piste en cendrée qui faisait mal aux ischions.
Mais ce cadre, sympathique et un peu ancien, fut un coup de foudre pour moi !

Aujourd’hui, le club est extrêmement dynamique et représenté dans toutes les disciplines. On a du sprint, des sauts, du demi-fond, des marcheurs et des lanceurs ... !!! Je me souviens encore, lors de mes premières années au club, à l’occasion du premier Interclubs avec le CA BALMA avoir dû... lancer le javelot... et faire le 4x4 !! Aujourd’hui, nous avons des internationales sur ces disciplines ! C'est dingue, car cela s’est fait en moins de dix ans.  

Les résultats au plus haut niveau de jeunes formés au club montrent aussi la qualité de l’encadrement. Une grosse pensée pour Hilary me vient, une fille que j’ai vue jeune avec de grosses qualités et un engagement hors du commun, une joie de vivre. Elle s’est blessée au pire moment, lors d’un match international alors qu’elle était sur le point de se qualifier pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Je ne doute pas quelle reviendra au meilleur moment ! La vie des sportifs de haut niveau est de gérer la chute, et de se battre pour revenir au plus haut niveau. Hilary est une championne.

Le club vit bien. Et je parle aussi du Running et de tous ces groupes Seniors et Masters qui grossissent avec les années et au sein desquels l’ambiance à l’air vraiment excellente ! 

L'engagement bénévole en vaut donc la chandelle. Nous devons parfois aussi évoluer avec notre temps.
La structuration progressive et régulière du club montre une vision claire et une vraie stratégie. Et les événements sportifs « Piste » et « Running » apportent de la vie en interne et un réel rayonnement du club.

Nous avons la chance d’être dans une ville « sportive », l’ensemble des associations sportives de Balma, dont vous faites partie  sont épaulées. Nous pouvons remercier la ville. Athlétisme, rugby, foot, mais aussi Tir à l’arc, judo, hand, gym... On peut tout faire. 

Nous avons aussi la chance, à Balma, de vivre dans un cadre propice à l’activité physique. Il y a la quête de la performance mais aussi l’éducation par le biais du sport, un relais avec l’EPS. Donner envie aux gamins de pratiquer, les sensibiliser aux sports et pourquoi pas, les aider à regarder vers le haut niveau. Pour moi, le Sport n’a pas encore assez sa place dans notre société, alors qu’il tend à intéresser l’ensemble des acteurs économiques pour tous les  bienfaits qu'il procure. Et je rappelle que dans 3 ans nous aurons les JO à Paris !!! Et dans trois ans, c’est demain... 

La rédac’ : On parle souvent, au sein du CA BALMA et des réunions de l’encadrement, de partage de passion ou de compétences, de « passage de relais » entre les générations. On suppose que tu souscris à cette philosophie et que tu t’inscris dans cette dynamique.

Sophie : J'ai été centrée sur moi-même, durant mes années de pratique à Haut Niveau. Je vivais pour moi, pour ma pratique, absorbée par mon quotidien. J’ai été demi-finaliste aux  JO de Pékin, 5eme des Championnats du Monde sur 3000 steeple distance dont je détiens toujours le record de France. J’ai  participé à 5 championnats du monde, divers championnats d’Europe, des Coupes du monde sur piste, sur route et en cross. J’ai eu l’honneur d’être Capitaine de l’Equipe d’Europe de cross et à titre individuel Championne d’Europe en 2013. Je dis cela pour les jeunes générations arrivées au club récemment et qui ne me connaissent pas... Ce matin, une petite stagiaire m’a demandé si moi aussi j’étais athlète au CA BALMA (rires).

J’ai eu la chance d’avoir les meilleurs entraineurs possibles, d'avoir eu une vision globale de l’entrainement mondial. Alors que je voulais arrêter en 2012, j'ai connu David Heath qui était alors devenu entraîneur du demi-fond du club, et j’ai obtenu alors mes meilleurs résultats sur 5000m et 10 000m, comme en cross-country. Son entrainement et sa pensée sont devenus une vraie philosophie. J’ai reçu énormément de conseils des plus grand coaches. Conseils que j’applique encore aujourd’hui, où je travaille pour repousser le poids des ans avec un « entrainement croisé » qu’on devrait plus appliquer.

Depuis quelques années, j’essaie de partager mon expérience, de donner des conseils sur la technique, les gammes, la façon de conduire les allures de séances ou la manière d’aborder un championnat ou une grande compétition internationale. Je m’intéresse aussi beaucoup à tout ce qui tourne autour de la récupération, du sommeil ou de la nutrition.

Pour répondre à ta question, j’ai de plus en plus envie d’entrainer... et de faire cela très bientôt. L’enjeu est de motiver les jeunes, de les tirer vers le haut pour obtenir des résultats collectifs.

Qu’un jeune ou moins jeune n’hésite jamais à me questionner … enfin jamais entre deux séries...! (rires)

 

La rédac' pour notre site www.cabalma-athle.fr, août 2021