1 ERE ADHESION  SAISON 2021
Retour sur la compétition ensoleillée de dimanche
 
Retour sur la compétition ensoleillée de dimanche30-03-2021

Retour sur la compétition ensoleillée de dimanche

 Thierry JAMIN, coach référent des BenJAMINs, revient sur la compétition interne de dimanche matin qui a vu nos jeunes Benja' et Minimes se livrer avec enthousiasme sur les disciplines proposées par le Staff Orange pour l'occasion 
(Haies, lPoids et Disque, Triple saut et Perche, Marche, Relais et 1000m.

Petit texte (offert à tous et à lire entre les lignes car bien des références culturelles se glissent dans les phrases de Titi), d'un entraîneur entraînant :

Qu'est ce qu'on dit, presque un dimanche à la campagne ?

 

 Eh bien on dit quand on a besoin d'être dé soiffé , tavernier servez nous vite ( buistra en russe ) et on se croie au bistrot mais on n'est pas en 1815 après Waterloo et les troupes de Koutouzov défilant sur les champs Elysées ou en 1871 avec les prussiens après Sedan mais avant la Commune.

On se dit qu'on est des veinards qui avons eu raison de maintenir ce calendrier, tendu, serré mais très positif météorologiquement parlant parce qu'avec 21°C annoncés cet après midi on avait vu juste, un vague pressentiment ou un hasard bien tombé, peu importe les faits sont là nous avons eu des conditions épatantes, éclatantes et d'ailleurs malheur à ceux qui n'avaient pas de crème pour se protéger.

En matière de crème si on a pas cassé la baratte on a pas eu besoin de faire beaucoup de baratin pour voir nos jeunes piaffer et se préparer, ça fait plaisir l'accès à l'autonomie (comme pour les futures voitures) et cette capacité de s'auto organiser avec la responsabilité qui va avec.

Alors il ne faut pas se le cacher les préparatifs ne sont pas nocturnes (sinon ce serait indien pour les amateurs de cinéma) mais bien matinal et avant 9 h pour mettre en place les haies, les starting bloc et balayer les sautoirs (le vent était d'un faignant cette fois).

Le tartan était sec à souhait et l'herbe point trop grasse et quelle belle affluence sur le coup de 9 h 30 pour les confirmations ( pas solenelles ) quelques changements de dernière minutes et finalement un effectif proche de ce qui avait été prévu.

Les jurys se sont répartis les taches, certains avec un sens certain de la répartie mais cette fois le stabilisé n'a pas vibré puisque les lancers étaient concentrés dans la zone...des lancers justement entre poids et disque et c'était une très bonne chose non seulement pour les conditions représentatives d'une vraie compétition ( avec un cercle avec butoir pour le poids et la grande cage pour le disque entourée de son filet mystérieux.

Et les perchistes qui nous tenez compagnie à deux encablures seulement sans que personne ne risque de se géner franchement, bien au contraire.

Les rappels au règlement ont suivi l'appel des inscrits et chacun a pu s'échauffer correctement sauf ceux doublant des disciplines au même moment qui ont disposé hélas de moins de temps de préparation.

Le terrain était préparé mais pas tondu ras donc il a fallu chercher un peu les poids et les disques , il n'était pas préparé par les campagnols (ils sont vraiment des champs et méchants ceux là avec le gruyère et les manges racines).

Ensuite la mécanique s'est lancé comme on pouvait l'imaginer avec ce belle effet noria , lance/ se prépare/ à la chute. Pas d'incendie à éteindre, pas de préparateur mental ou de pharmacie , pas de gamelle sonore.

Ainsi la permutation a voisiné avec la percussion, ni timbales ni grosse caisse mais des malléoles qui venaient toucher le butoir ( un heurtoir me direz vous en pensant que je sui frappé ) luis assénant de grands coups de boutoir (on n'était pas dans la douceur et la tranquillité du boudoir ) , peu de cris, mais globalement de belles performances et de l'application, de la progression régulière qui montre le besoin des corrections et la bonne exécution des conseils ; et puis pas besoin d'être le grand timonier pour débrider ses forces, mais on a pas ramé pour les rameaux et les 10 m n'était pas loin.

Au disque autant qu'il m'a été donné d'en juger , d'assez près tout de même , on est souvent resté dans la simplicité qui peut être symbole d'efficacité il y a eu aussi des demi voltes pas désinvoltes mais qui manquaient parfois de voltage pour que la volée enfin sa hausse soit suffisante.

Quand il y eu du rase mottes on pouvait se demander s'il s'agissait de couper l'herbe ou d'effrayer les rongeurs et cela nous laissait songeurs.

Enfin nous attînmes l'acmé (forcément juvénile) de la fin de compétition avec les sacro-saint relais, il n' y a pas eu de voltige de témoins (et les témoins étaient nombreux autour du stade pour stimuler les compétiteurs.

Une fois calé (pas que dans le start) sur les marques on attendit le coup de pétard pour débouler en plein virage , si ce n'était de rage c'était de force et de conviction et nous eûmes droit à de très belles lignes droites.

Las il n'était que temps à midi au soleil ( on peut chanter) de remballer tous les artéfacts et autres accessoires bien utiles , se congratuler avant que de céder la place à d'autres.

On en redemande de l'enthousiasme comme ça qui nous fait oublier les miasmes et se dire que les chiasmes on peut être toute leur place ( ex il faut courir pour vivre et il faut vivre pour courir ).