1 ERE ADHESION  SAISON 2021
Interview de Khadija après son 10km de Barcelone
 
Interview de Khadija après son 10km de Barcelone08-01-2021

Interview de Khadija après son 10km de Barcelone

La rédac’ : Bonjour Khadi’, tu fais partie des athlètes qui ont été invités à courir le 10km de Barcelone, le 31 décembre. Comment cela s’est-il passé, en termes d’organisation ?

Khadija : Oui, j'ai eu la chance d'être invitée à cette course mythique de Barcelone qui se déroule tous les ans le jour du 31 décembre. D'ailleurs je remercie Martin Casse, de m'avoir donné cette chance de mettre un dossard en cette année particulière....

Pour ce qui concerne l'organisation elle était millimétrée, car on avait l'obligation de faire un test "COVID" le matin de la course afin de pouvoir récupérer les dossards, et aussi un contrôle de température avant d'accéder à la zone d'échauffement pour ensuite être appelés un par un pour se présenter au départ, une distance de 200m qui séparait les deux zones. Et on avait des points de position au sol, distants d'un mètre entre chaque athlète.

Tout ça avec une ambiance de folie mise par l'organisateur qui nous plongeait dans un état de championnat. C'était excitant de pouvoir ressentir ça ; mais en même temps stressant au vu du manque de compétition .

La rédac’ : Parle-nous de ton 10km , de tes sensations en courses et du résultat. Es-tu satisfaite ? Sinon que t’a-t-il manqué pour faire un peu mieux ?

Khadija : Mon 10km, on va dire que je m'estime chanceuse d'avoir pu mettre un dossard en 2020 et d’avoir fini la course...., car je prends un risque au début de course pour être avec un petit groupe de filles, mais rapidement je vois que le rythme est élevé pour mon objectif. Alors je me mets à mes allures sur 35’. Cela se déroule plutôt bien jusqu'au 4éme kilo’ et là je sens mes jambes lourdes mais je ne me pose pas de question car je me dis que je suis préparée. Mais malheureusement la dette d'oxygène de début de course me rattrape, je me vois ralentir et un passage lent au 5eme kilo je prends un mouvais rythme car seule face au vent, là je comprends que l'objectif va être compliqué... Je pense que je l'ai pas accepté au  vu de ma forme aux entrainements et forcement quand la tête n'est plus là, la  course prend un autre scénario... Et, au 7ème, je cours juste pour finir la course car il est plus compliqué de se remettre d'un abandon que d'un mouvait chrono’...

(mais comme en dit ce qui nous nous tue pas nous rend plus fort)

Je pense qu'il ne m'a rien manqué, j'étais juste pas dans un bon jour, le manque de compétition, et l'envie de vouloir bien faire et ‘honorer cette chance de mettre un dossard en cette année compliquée ont eu raison de moi ce jour. Malgré tous j'ai passé un très bon moment et pu me réjouir pour mes collègues qui étaient du voyage et pour qui la course s'est plutôt bien déroulée. 
 

La rédac’ : On voit que la saison hivernale, qui s’était achevée sans autre compétition, débute de manière un peu floue et chaotique, quels sont, néanmoins, tes projets ou tes envies ?
Khadija : effectivement la saison 2020 était très compliquée ; pour ma part j'ai pu mètre 3 dossards, et 2021 débute avec des incertitudes, mais il faut garder espoir.

 Malgré le flou des compétitions, on a quand même établi des objectifs afin d'avoir une motivation d'entrainement  et être prête si cela se débloque ...

Pour mes objectif 2021, sans discussion, ça serait la saison de cross, et de loin mon objectif 1er. Et un Marathon en fin d'année pour aller chercher les 2h45. Pour le reste, je prendrai les courses comme elles se présentent et en fonction de la prépa’ du moment....


La rédac’ : Un dernier mot pour les copains de la Tribu Orange ?

Khadija : Mon mot pour la tribu orange. Tous d'abord je leur souhaite une excellente année de prend soin d'eux, et de garder espoir car on va vite nous Mardi remplie sur la piste...la biz