1 ERE ADHESION  SAISON 2021
Notre aire de lancers inspire notre lanceur conteur
 
Notre aire de lancers inspire notre lanceur conteur08-08-2020

Notre aire de lancers inspire notre lanceur conteur

Notre aïeul, le chasseur-cueilleur était un humain dont le mode de vie était fondé sur la chasse, la pêche et la cueillette. Historiquement, ce sont les premiers modes de subsistance de l'espèce humaine, qui consistent en un prélèvement de ressources directement dans la nature.

Notre
CA BALMA peut s'enorgueillir de posséder en ses rangs un lanceur conteur, qui lance l'engin avec autant de puissance qu'il met de subtilité dans le maniement de sa plume.

Inspiré par la (ré-)apparition prochaine de notre aire de lancers, Thierry JAMIN nous gratifie d'un nouveau texte qui fait la part belle à la pratique des costauds.

Petite réflexion personnelle de notre Titi, entraîneur entraînant et passionné passionnant, sur la gestuelle des lanceurs de notre Tribu Orange et d'ailleurs :

Aire de lancer, air de danser , comme les rapaces

Bien sur ils sont plantureux mais pas tous, et c'est à l'heure emplanture , à leur envergure souvent qu'on reconnait les chasseurs de distance, point uniquement besoin d'un œil d'aigle, ils déploient leurs grandes carcasses et après sans se lasser se décarcassent sans concasser mais ils savent à merveille se situer dans l'espace, avec un schéma corporel bien implanté ils savent pivoter, enjamber, balayer puis dans ce léger tressautement donner du rythme pour solidifier les appuis sans perdre de vitesse et virer mais pas d'abord sans point fixe d'appui, certes pivot tournant mais aussi levier sans chercher à mettre le monde à leur pied.

Ainsi la note finale, avec ou sans cri mais pas sans grimace menace la ligne et le ramené preste finit le geste avant que le bras retardé ne poursuive le déhanché et n'achève , épaule haute à gauche sa course panachée dans un fouetté que seule la crème sait régler au millimètre, dépassant l'axe de la ligne de corps sur la cible alignée pour accélérer au plus l'engin dont la vitesse par une distance maximale d'élan peut être portée au meilleur en gardant les épaules bien en face dans une torsion qui contraint et des hanches qui ouvrent grand la place au bras.

Répétition mille fois exécutée pour ne pas favoriser le bras qui n’est qu’instrument relâché et presque mort pour transmettre toute la force et l’impulsion du bas à partir de l’appui moteur de la jambe arrière par des transferts successifs qui contribuent dans un enchainement maitrisé à l’harmonie continue du geste avec juste une légère inflexion au milieu pour stabiliser les conditions qui favorisent l’engagement complet.

Une mécanique de précision bien huilée et sans cesse travaillée qui requiert beaucoup de qualités et notamment de la persévérance, ce qui fait que les grands lanceurs ont beaucoup d’expérience pour obtenir de la régularité et ne pas lâcher trop tôt ou se laisser embarquer , tel est le prix à payer pour aligner les assiettes sans les empiler et dépiler avec constance sans oublier de chercher un poil sur un œuf car le diable est dans les détails et il y en a beaucoup à régler avant que de régaler les spectateurs.


Thierry pour notre site www.cabalma-athle.fr, juillet 2020