Saison 2019-020
Mondiaux de Trail : Les Bleus au sommet
 
Mondiaux de Trail : Les Bleus au sommet11-06-2019

Mondiaux de Trail : Les Bleus au sommet

 Article issu du site fédéral : 

CHAMPIONNATS DU MONDE TRAIL : LHIRONDEL ET LES BLEUS AU SOMMET

Blandine Lhirondel est devenue championne du monde de trail après avoir survolé la course ce samedi à Miranda do Corvo (Portugal), emmenant dans son sillage les Françaises sur la plus haute marche du podium collectif. L'équipe de France masculine, portée par un Julien Rancon médaillé d'argent en individuel, a également fait résonner la Marseillaise.

La nouvelle fait sensation. Arrivée sur le circuit trail hexagonal depuis à peine plus d'un an, Blandine Lhirondel est déjà championne du monde de la discipline. Samedi, la sociétaire de Bordeaux Athlé a fait étalage de tout son talent, du premier au dernier mètre du tracé exigeant de Miranda do Corvo. Partie vite, comme à son insouciante habitude, elle n'a eu de cesse de creuser l'écart sur ses poursuivantes, qui se sont pourtant employées pour la rejoindre. Derrière elle, les positions ont bougé sans cesse tout au long des 44 kilomètres du parcours, et les autres places sur le podium se sont jouées en moins d'une minute. Mais l'écart était tel, ce samedi, entre Lhirondel et les autres, que la Française a mis plus de huit minutes dans la vue de ses dauphines, la Néo-Zélandaise Ruth Croft et l'Espagnole Sheila Aviles.
« Je n'aurais jamais cru pouvoir gagner, soufflait pourtant la demoiselle, encore ébahie par sa performance deux heures après son arrivée. Je suis partie vite, comme j'ai l'habitude de le faire, parce qu'avec mes proches, on s'est dit qu'il n'y avait pas de raison de changer ma façon de courir. Mais je m'attendais à tout moment à voir mes concurrentes revenir, d'autant que le parcours m'avait fait peur lors de la reconnaissance. Ce n'est que quand on m'a tendu un drapeau que j'ai compris que j'avais gagné... Ce qui m'a aidé à surmonter chaque difficulté ? Le public ! A chaque fois que j'avais un petit coup de mou, il y avait toujours quelqu'un sur le bord du parcours, c'était incroyable. Et les encouragements, sur moi, ça marche vraiment hyper bien ! »

Dans le sillage de sa nouvelle star, l'équipe de France a récupéré le titre cédé aux Espagnoles l'an passé à Penyagolosa. Il a fallu attendre de longues minutes pour avoir une confirmation définitive de la victoire, tant la lutte a été serrée avec leurs meilleures rivales ibériques, mais c'est bien tout en haut que les Bleues sont montées sur le podium. Huitième, Sarah Vieuille a réalisé une jolie remontée sur la deuxième moitié du parcours pour se classer huitième en individuel, deux rangs devant Adeline Roche, à la lutte pour les médailles pendant un temps, sur un parcours qu'elle n'a que modérément apprécié. Les novices Clementine Geoffray (11e), Julie Roux (14e) et Christelle Lazard (18e) ont tenu leurs rangs, tandis que Maryline Nakache a souffert pour rallier l'arrivée en 30e position.

Rancon remonte le temps

Quatre ans après sa dernière participation aux Mondiaux, à Annecy, Julien Rancon a fait un retour tonitruant au trail. Le médaillé de bronze de 2013, sur un format totalement différent, a fait parler sa science de la course pour s'offrir une médaille d'argent individuel. Après un départ dans les dix premières positions, il a attendu la fin des passages techniques, qu'il ne goûtait guère, pour produire son effort. A l'arrivée, seul le Britannique Jonathan Albon, quatrième en 2018, a pu résister à la maestria du Grenoblois pour coiffer la couronne planétaire. Deuxième, Ranconsavourait son exploit du jour, qui lui a arraché quelques larmes sur la ligne d'arrivée. « Au départ, je ne savais pas où me situer. Je suis parti avec le premier paquet, avec dans l'idée de voir comment ça se passait. Dans la partie très technique, j'ai laissé filer les mecs devant moi, parce que je savais que ce terrain-là ne me favorisait pas. J'en ai profité pour récupérer, et j'ai fait parler mes qualités dans les bosses et les parties plus roulantes pour revenir. J'étais un peu inquiet de voir les autres revenir de l'arrière dans les derniers kilomètres, mais finalement, je m'en suis bien sorti. Pour moi qui suis plutôt en fin de carrière, c'est une sacrée réussite ! » Le Suisse Christian Mathys, auteur d'un début de course en fanfare et très à l'aise dans les descentes, a résisté au retour de l'Italien Fransesco Puppi pour sauver sa médaille de bronze.

Partis d'un peu plus loin, en raison d'un placement lointain sur la ligne de départ qui les a obligés à patienter dans les bouchons des premiers kilomètres, trois autres Français ont intégré le top 10 de l'épreuve. Nicolas Martin (5e), Emmanuel Meyssat (6e) et Ludovic Pommeret (7e) ont tous les trois fait « une course pleine, sans aucun regret », qui a offert à l'équipe de France masculine un titre qui leur échappait depuis 2016. Alexandre Fine, 32e, a craqué dans la deuxième moitié du tracé portugais, tandis que Romain Maillard, 47e, a lutté de bout en bout contre ses sensations moyennes. Qu'importe, ils ont pu s'époumoner sur le podium collectif avec leurs camarades. Les Bleus voulaient impérativement une Marseillaise avant de repartir du Portugal, ils l'ont finalement repris trois fois au terme d'une journée de rêve dans les montagnes du centre du Portugal.

Etienne Nappey pour athle.fr
Photos : © Rémi Blomme / FFA